La Pologne, un tour du côté de Zakopane dans les Tatras


Voyage / mercredi, juillet 8th, 2020

Le côté polonais des Tatras est un phénomène. On estime que plus de deux millions de touristes viennent à Zakopane chaque année. Et beaucoup d’entre eux reviennent à plusieurs reprises.

Qu’est ce qui rend cet endroit aussi intéressant ?

Tout d’abord, c’est un endroit magnifique. Zakopane se trouve dans une belle vallée de montagne au pied des Tatras, ce qui en fait un point de départ idéal pour des randonnées sur les sentiers aménagés, qui conduisent vers les plus beaux endroits de la montagne. Il convient de mentionner, par exemple, Morskie Oko, ou le célèbre Giewont.

La situation de Zakopane en fait non seulement un excellent point de départ pour les randonnées, mais aussi un lieu idéal pour la pratique de divers sports. Le côté phénoménal des Tatras du côté polonais repose sur : le folklore et la tradition des hauts plateaux sont cultivés ici (à travers les coutumes, les costumes et le discours).

La Pologne

Zakopane se distingue également par le style architectural caractéristique de ce qu’on appelle le “style de Zakopane”. Son créateur et promoteur était Stanislaw Witkiewicz, un grand défenseur de Zakopane.
Les anciennes villas de son projet peuvent être admirées aujourd’hui à Zakopane et elles constituent une grande attraction touristique.

Les montagnards (Highlanders) que vous pouvez croiser

Autrefois, les montagnards étaient des gens libres qui ne payaient pas d’impôts, certains d’entre eux étaient des voleurs et des mercenaires. Ils ont des coutumes conservatrices et une attitude très traditionnelle et religieuse. Les montagnards se distinguent par leurs clans familiaux. Ils sont très attachés aux relations familiales et aux accords entre clans familiaux.

Le célèbre discours des montagnards est connu et reconnaissable probablement dans toute la Pologne. Ce sont également des gens physiquement résistants et persistants. La musique, le saut et la danse typiques des montagnards ont également de nombreux adeptes.