jeudi 7 janvier 2016

Petit bilan de nos deux mois à Hawaii

Deux mois à Hawaii
De Kaua’i à Big Island, en passant par O’ahu, Moloka’i et Maui, on en a pris plein les yeux. C’est ce qu’on voulait, on a été servi! On voulait retourner à Hawaii, pour profiter de sa nature, ses paysages, prendre le temps d’y prendre le temps. (Retrouvez mon journal de bord ici.)

⋆ Un long voyage, l’adaptation

Les deux premières semaines à Kaua’i ont définitivement été les plus intenses. On avait blindé notre programme, de peur de rater quelque chose. Petit à petit, on a lâché du lest, pris le temps de se poser réellement, et pas uniquement 1/2 heure sur une plage. On a commencé à se dire, "Tiens, on fait quoi aujourd’hui? - Bah, rien on verra. J’envie de finir mon bouquin, on a qu’à aller voir cette plage." On a aussi compris que partir en road trip d’une ou deux semaines, ça n’a rien à voir avec partir deux mois en voyage. Pendant deux ou même trois semaines, on peut rouler pendant des heures, s’arrêter un jour ou deux dans un parc, randonner une journée entière, faire une courte nuit sous la tente, et repartir 200 miles plus loin le lendemain. Pendant un mois, puis deux, c’est moins sympa. Alors après presque 3 ans de road trip d’une semaine ou d’un week-end à fond les ballons, on the road, on a du s’adapter. S’adapter au voyage de longue durée, et s’adapter au rythme hawaiien.

⋆ Vivre à la hawaiienne

A Hawaii, on vit tranquillement, doucement. Et puis, Hawaii et son archipel d’îles est petit. Et ça, on a beau le savoir, on en prend conscience qu’une fois sur place. Il ne faut pas une journée entière de route pour aller d’un point de chute à un autre. Plutôt une petite heure!
Même si nos photos disent le contraire, c’est l’hiver ici aussi. Les journées sont plus courtes. En ce moment, le soleil se lève vers 6h45 et se couche à 17h30. Et au-delà de ça, les hawaiiens se lèvent tôt et se couchent tôt. L’avantage étant de profiter de la fraicheur de la matinée. Surtout lorsque l’on campe, on se lève assez tôt.
La chaleur et l’humidité sont aussi deux facteurs typiques auxquels il faut se faire. Parce que oui, il arrive très souvent qu’une fois sorti de la douche, on ait déjà chaud.
Se faire copain avec les bestioles fait aussi partie du jeu. Hawaii est pourtant loin d’être envahi par les insectes et les animaux flippants. Pas d’ours quand on campe, j’ai mis du temps avant de perdre le réflexe de vouloir enlever la bouffe et les trousses de toilette de la tente. Ici, pas de bear can sur les emplacements de camping! Les plus chiants sont définitivement les moustiques. Dès que le climat est humide, on peut être sûr qu’ils sont là. Et les anti-moustiques sont bien souvent presqu’inutiles. Je me serre d’huile essentielle de citronnelle, ça marche aussi bien que le reste. Viennent ensuite les cafards. Ici, ils volent, et peuvent être aussi gros qu’un pouce. Mais ils préfèrent vivre à l’air libre. Par contre, la bouffe les attire toujours autant. Et puis, il y a les geicos, qui sont nos meilleurs amis. Leur plat préféré sont les moustiques. Les coqs et poules sauvages sont, surtout à Kaua’i, très nombreux. Et très bruyants.

⋆ Les imprévus et les ratés

En deux mois, on peut dire qu’on a été plutôt chanceux. Pas de gros pépins.
L’unique grand changement dans notre programme est dû à la pluie. On a fini par annuler nos 3 jours sur Lanai, et on a donc passé quelques jours en plus à Maui. Rien de bien dramatique.
L’épidémie de dingue qui sévit sur Big Island nous a bloqué l’accès à une super plage. Mais  elle nous a épargné, bien qu’on vivait en plein épicentre.
A pied dans le noir, on a failli se faire renverser par un cochon sauvage. Pressé, il ne s’est heureusement pas arrêté!
Pendant 3 jours de backpacking, on a transporté notre gros appareil photo. Avec une batterie vide. Merci le téléphone!

⋆ Se poser un mois à Big Island

Je reviendrai dans les détails sur notre expérience de workaway dans un futur article. Mais brièvement, ça a été un super mois. Surtout sur le plan humain, on a rencontré de chouettes personnes. On a pu visiter l’île tranquillement, et avec des gens qui y vivent. Enfin, parce que c’est de ça qu’il s’agit à la base, on a aimé travailler dans les caféiers, en apprendre plus sur les arbres fruitiers tropicaux, finir de construire une grande tente…

S'il fallait le refaire? On le referait sans hésiter!

Pour me suivre, ça se passe sur InstagramFacebookTwitter ou encore Google+.

10 commentaires:

  1. On y a passé 7 semaines l'été 2014 avec nos filles, c'etait ma deuxieme fois, la troisieme de mon homme
    on y retourne l'été prochain ou celui d'apres, on espere faire Kau'i cette fois

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Waouh ! C'est super ! Quelles îles vous aviez visités ?
      On a passé deux semaines à Kaua'i, et on a beaucoup aimé. J'y retournerai volontiers bientôt !

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Belle expérience, oui ! Et c'est qu'une fois le voyage bien entamé que je me suis rendue compte du challenge (la durée, savoir si 2 mois ce n'étaient pas trop, etc.).

      Supprimer
  3. Super bilan a chaud! Ca devait etre chouette ce workaway! J'ai hate de tester!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu penses faire un workaway ?! Tu voudrais partir où ?

      Supprimer
  4. Super expérience... et tu m'étonnes pour la durée!! J'adore partir en roadtrip, mais comme toi, je le fais plutôt sur des courtes durées... 2 mois à faire 300km tous les jours, c'est un truc à te dégouter de la route :D C'est bien aussi de prendre son temps et se prélasser!
    (et une pensée particulière pour les moustiques... Déjà qu'ici, c'est une plaie en été avec les canaux... alors, tout mon respect pour avoir survécu ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les premières semaines ont été difficiles pour mes jambes et mes bras, les moustiques se sont régalés ! Et puis, il a fait un peu moins chaud, un peu moins humide, et mon sang a du s'adapter pour être moins appétissant je pense !

      Supprimer
  5. Quelle belle expérience! Lors de notre séjour à Kauai, nous aussi on se faisait régulièrement avoir avec les distances, on a tellement l'habitude ici en Californie de faire des heures de route pour aller d'un point à un autre. En tout cas, c'est un séjour unique que vous avez vécu et que vous n'êtes sans doute pas prêts d'oublier. Bon retour à Santa Cruz, un retour plus en douceur que s'il fallait rentrer en France, au moins ici tu as encore l'Océan et les palmiers, bon le soleil pas trop en ce moment :-) A bientôt!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Virginie ! :-)
      On a un peu de mal à se faire aux températures, mais on va y arriver ! (Et ressortir toutes nos fringues un peu épaisses qu'on avait rangé tout au fond de nos cartons !)
      See you!

      Supprimer

Laissez-nous votre commentaire, on adore les petits mots !
Oui, ils sont modérés... Ils n'apparaissent pas immédiatement, mais seront là très vite !