mercredi 21 mai 2014

Les Oiseaux d'Hitchcock : le préquel

Les Oiseaux d'Hitchcock : le préquel
Dans cet article, on discute de culture et plus précisément de cinématographie-ornithologique. On touche aussi à la micro-biologie marine, très brièvement à la littérature et vaguement à Santa Cruz. Aujourd'hui, on parle d'un classique de Monsieur Hitchcock, Les Oiseaux.

On a tous en tête les images de ces oiseaux qui tourbillonnent et finissent par plonger et s'attaquer à des têtes chevelues et des yeux globuleux – nous, les humains. Certains en cauchemardent parfois, d'autres ont des réminiscences quand un (trop) gros groupe d'oiseaux fait le malin à proximité. Pour ma part, j'ai quelques flashs quand j'aperçois toutes sortes d'oiseaux bien rangés sur les fils électriques, j'ai la drôle d'impression qu'ils me fixent. Ils sont bien ordonnés en rang d'oignons, à l'affût. Bref, ils me semblent parfaitement organisés. Malaise.


Les toutes premières origines


La première source d'inspiration d'Hitchcock a été la nouvelle de Daphne du Maurier, qui porte le même nom que son film. Il y a ajouté une bonne dose de creepy. Et il est allé tourné son petit film dans la Baie de Bodega, au Nord de San Francisco : bord de mer rendu facilement flippant dans le fog, minuscule village, superbes paysages et densité de population réduite.
 Les Oiseaux (The Birds), Daphne du Maurier, 1952.
Les Oiseaux (The Birds), Alfred Hitchcock, 1963.
Les Oiseaux d'Alfred Hitchcock - Ecole, Bodega, Californie, USA
L'école de Bodega où a été tournée une scène du film

Ou comment Hitchcock en est arrivé aux Oiseaux


En août 1961, un drôle de phénomène se déroule à Santa Cruz. Durant la nuit, des oiseaux sont devenus fous, se jetant contre les murs des maisons et les voitures. Au matin, lorsque la ville se réveille, il y a des cadavres d'oiseaux au sol, le tout accompagné de vomi de poissons et d'une odeur difficile à supporter.
Hitchcock, qui est alors en train de préparer le tournage de son film, lit l'article du Santa Cruz Sentinel sur le sujet et les contacte pour que la rédaction lui en envoie un exemplaire. Ce petit dérèglement écolologique fait son bonheur de réalisateur et vient lui filer un peu d'inspiration.
Il va se servir de cette étrange nuit, se gardant bien de dévoiler sa justification scientifique à ses spectateurs, les frissons n'auraient pas été les mêmes...


Le pourquoi du comment


Non, les oiseaux ne peuvent pas, du jour au lendemain, devenir le plus grand ennemi l'homme. La vérité est que les oiseaux étaient empoisonnés. Alors, j'arrête votre imagination romancière tout de suite: non, ils n'ont pas été empoisonné volontairement par un surfeur agacé que ces vertébrés ailés lui volent parfois ses vagues, ou encore par un pêcheur voyant sa récolte diminuée, les oiseaux étant plus rapides que ses filets. Ils ont été empoisonnés par la nature. 
  • Vivant avec un scientifique, il faut une bonne explication rationnelle à tout
Là voilà : en 1991, un autre événement similaire se produit dans le coin. Cette fois, les scientifiques sont sur le pont, et à coups de prélèvements, d'analyses et d'années de collaboration, Nature publie en décembre 2011 un article intitulé Mystery behind Hitchcock's birds.
  • Dans les détails
En 1991, tout comme en 1961 a eu lieu un épisode d'efflorescence planctonique toxique. C'est un phénomène relativement courant dans la Baie de Monterey, avec des pics de croissance de certaines espèces de diatomées, du genre pseudo-nitzschia, parfois associés à la production d'une toxine, l'acide domoïque. Le plancton est ensuite ingéré par les animaux plus gros, et la toxine est transmise le long du réseau alimentaire par bio-accumulation. Lorsque la quantité de toxine accumulée atteint un certain seuil, cela peut entraîner quelques dérèglements au niveau du cerveau. C'est ce qu'on subit par milliers les puffins fuligineux de Santa Cruz après s'être gavés d'anchois.
  • En gros : intoxication alimentaire
Pauvres petites bêtes, elles se sont mises à faire n'importe quoi, ne sachant quasiment plus voler et sont pour la plupart décédées. 

Sources :
Sibel Bargu, Mary W. Silver, Mark D. Ohman, Claudia R. Benitez-Nelson, David L. Garrison, 22 décembre 2011, Mystery behind Hitchcock's birds, Nature. (La version complète n'est pas disponible gratuitement en ligne. Mais je suis sûre que de nombreux d'entre vous ont accès à Nature au labo.)
Pierre Barthélémy, 3 janvier 2012, Le mystère des Oiseaux d'Hitchcock enfin élucidé, Blog Passeur de sciences – lemonde.fr 
Franck Berteau, 10 janvier 2012, Les Oiseaux étaient empoisonnés..., Alibi Mag.

Les Oiseaux

Enfin, vous pouvez aussi suivre le blog sur Instagram, sur sa page Facebook, Twitter ou encore Google+.


 

6 commentaires:

  1. J'adore ce film ! Merci pour toutes ces explications c'est super intéressant! Je ne le regarderais plus de la même façon! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien ! J'espère que le plaisir de regarder ce film sera toujours le même ! ;-)

      Supprimer
  2. C'est super intéressant, il faut que je regarde le film maintenant ! Bonne idée ce nouveau genre d'articles :)

    RépondreSupprimer
  3. C'est fou quand même... Mais flippant quand même !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, dans la vraie vie, les oiseaux n'étaient pas agressifs, seulement totalement désorientés et très malades. Donc, ils n'attaquaient pas, mais volaient bizarrement et tombaient un peu partout...

      Supprimer

Laissez-nous votre commentaire, on adore les petits mots !
Oui, ils sont modérés... Ils n'apparaissent pas immédiatement, mais seront là très vite !