jeudi 17 avril 2014

Savoir vivre à l'américaine : le hug versus la bise

Bien souvent en France, lorsque l'on se dit bonjour, on se tape la bise. Gentiment et naturellement on se smacke d'un côté et de l'autre des pommettes.
Bisou. "Ça va ?" Bisou. "Et toi ?"
Aux États-Unis, non non. Pas de bise. Ici, on hug. On s'enlace. On se câline.
"How you doing?" TapTap dans le dos. "I'm good and you?" Tap.
Savoir vivre à l'américaine : le hug versus la bise

Commençons en douceur avec la poignée de main

En France, comme aux États-Unis, la poignée de main n'est pas réservée à la gente la plus masculine, comme une sorte de salut bien viril. Cette secousse de bras est plus souvent utilisée dans des relations polies, mais distantes : "Enchanté !" en entretien d'embauche (qui a déjà fait la bise à la DRH de sa future boîte ?), "Bonjour Docteur !", "Honey, je te présente ma boss.", etc.
Petite différence : aux États-Unis, on se sert souvent les paluches lorsque l'on rencontre quelqu'un pour la première fois, et cela, même si c'est un copain de copain. À Paris, les amis de mes amis étaient mes amis, donc je faisais la bise à tout le monde. Ici, à la première présentation, j'ai toujours serré la main. Si ça marque une certaine distance, ça reste chaleureux et engageant.

Entrons maintenant dans le vif de sujet : le hug

On ne débattra pas ici du nombre de claquements de joues qui correspond à la vraie bise à la française (je vote pour deux). On va, par contre, essayer de définir le hug à l'américaine.
Littéralement, hug signifie câlin. Vous avez sûrement déjà vu quelques dudes porter, le sourire aux lèvres, une pancarte avec écrit Free Hug. Si on s'approche, ils vous prennent dans leurs bras. Voilà, le principe est là. Viens-là que je te hug / Come here que je te câline.
Dans les détails, le hug ça donne :
. le bras (droit) par-dessus l'épaule
. le bras (gauche) entre la hanche et les côtes, tout dépend de la taille de nos bras et de la personne qu'on hug
. la tête quasiment posée sur l'épaule
. les mains sont sur le dos et tapotent/frottent/ne bougent pas
Bon, notons que le hug n'est pas tout à fait un vrai câlin. Il s'agit plus de ce que l'on pourrait appeler une accolade ou encore, une étreinte rapide.

Le câlin dans le vécu

La première fois que je me suis retrouvée à enlacer quelqu'un, j'ai été happée. Comprendre : je n'ai pas pigé ce qu'il se passait et je me suis retrouvée avec une copine enlacée autour du cou. Et c'est finalement passé comme une lettre à la poste. En apparence. Parce que dès que je hug, je me concentre très fort, pour ne pas faire n'importe quoi et pour paraître parfaitement détendue. Ce qui, du coup, ne doit pas vraiment être le cas (sauf, peut-être, en fin de soirée). J'ai donc encore quelques progrès à faire.
Enfin les instants les plus awkward ont finalement lieu avec d'autres étrangers. On ne sait plus bien où l'on en est et ça se transforme souvent en un mélange bécot/câlin : un bras autour de l'épaule, une bise au creux de la joue et on se sert bien fort.
Lucky me, je n'ai encore jamais poussé le réflexe de la bise jusqu'au bout avec un Américain. (Ne parlons, cependant, pas trop vite...)

Hug vs. la bise

Je me pose encore beaucoup de questions à chaque nouveau hug :
. est-ce que je tapote ou je frotte le dos ?
. est-ce que je dois serrer plus fort ou est-ce que je suis déjà en train d'étouffer la personne ?
. est-ce qu'il est temps que j'arrête et que je m'écarte ?
J'ai souvent entendu que la bise était un acte relativement intime (deux joues qui se touchent, on n'est pas loin de l'échange de salive !). Mais pour être plus explicite, ce sont les corps entiers qui sont pressés l'un contre l'autre au moment du hug américain. Et finalement, je trouve cette pratique un peu plus intrusive. Bref, corps vs. joue.
Enfin, j'imagine que l'inverse - un Américain qui débarque à Paris et se retrouve kissé de partout - doit carrément faire flipper...

Des bisous ! Et si vous aimez ce blog, vous pouvez aussi me suivre sur Instagram, Facebook, Twitter ou encore Google+.


18 commentaires:

  1. Pas mal cet article! Je me retrouve dans ce que tu dis avec les étrangers : lorsque je suis partie en Erasmus c'était toujours la croix et la banière pour savoir comment dire bonjour entre les anglais/français/américains/australiens/croatiens... Quelle galère! c'est vrai qu'on se serrait la main pour la première rencontre c'est finalement le plus simple et puis après ma techique pour les autres fois c'était... de ne rien faire du tout lol! :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le petit coucou de la main, distant mais sympa, est aussi une très bonne solution !

      Supprimer
  2. Article parfait ! La même chose en Angleterre. Et ce n'est pas encore très naturel pour moi !

    RépondreSupprimer
  3. Moi j'ai eu le réflexe de faire la bis eau coloc du crétin avec qui on a échangé l'appart... J'a réagit 30 sec trop tard ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Résultat ? Il a flippé ou fait genre "tout va bien, c'est absolument normal" ?!!

      Supprimer
  4. Ce we j'ai rencontré de nouvelles personnes, j'ai eu le droit à une poignée de main à l'arrivée et à un HUG en repartant... conclusion : je suis définitivement plus à l'aise avec la poignée de main ^^
    C'est vrai que le HUG est quand même assez intrusif, et je ne sais jamais quoi faire... je fais partie des gens qui ne tapotent ni ne frottent le dos = moi je ne bouge pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que ne pas bouger est la bonne réponse ! ;-) Je fais plus attention maintenant et c'est ce que les US font (globalement) !
      Mais je me sens obligée de faire quelque chose avec mes mains, alors je frotte gentiment, et il faut que j'arrête !

      Supprimer
  5. Très drôle ton article ! Moi j'avais déjà du mal entre ceux à qui il faut serrer la main et ceux à qui il faut 3 bises et demi, alors avec les hugs je suis complètement perdue ! Et c'est vrai que le hug est carrément intrusif ! C'est très gênant de se retrouver collée contre un presque inconnu Au moins avec la bise, on peut faire des bises aériennes :-)

    RépondreSupprimer
  6. C'est intéressant de constater, comme souvent avec les différences culturelles, que c'est une question de perspective. Faire le hug m'a d'abord paru beaucoup plus intime. Et puis en s'y habituant, on le banalise. Et du coup, maintenant faire la bise me fait tout drôle. Il m'arrive même de faire des hugs à des français fraîchement débarqués qui ne comprennent pas ce qu'il leur arrive....
    Rafael
    mynewyork.fr

    RépondreSupprimer
  7. C'est bien beau tout cela mais je constate de + en + que chez nous les gens ne s'écorche pas la langue pour dire bonjour hélassssssssss
    Que ce billet soit le déclic des bonnes manières :)
    Bonne journée je te souhaite

    RépondreSupprimer
  8. Ah ça m' rappelle l'échange scolaire en Oregon en terminale où on s'était brieffé à fond pendant tout le trajet avec les potes pour pas faire de bise en arrivant dans nos famille d'accueil. Seulement avec je sais plus combien d'heures de trajet + le décalage horaire, on était tous décalqués et on s'est tous retrouvés comme des idiots à commencer à faire la bise à des inconnus complètement stressés de nous voir tenter de leur lécher la pomme...

    et on a découvert par la suite qu'eux aussi s'étaient brieffés pour apprendre à faire la bise à des inconnus mais c'était pas évident visiblement pour eux non plus, même s'ils avaient pas l'excuse du vol et du jet-lag :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahah ! Intéressant comme situation !! :-)

      Supprimer
  9. Excellent ! Moi, j'ai jamais pu claquer une bise à mes cousins quebecois. Quand j'approchais, ils étaient à la limite de tomber dans les pommes...

    RépondreSupprimer
  10. Comique! Encore plus comique est ton commentaire Jean-Philippe! Je suis québécoise et on se fait la bise sur les 2 joues, alors je ne sais pas trop ce que tu leur as fait ?!... ;) ;) Ceci dit, j'ai des amis Américains qui aiment bien que je leur fasse la bise...du coup je suis souvent mêlée! Avec certains, c'est le hug et d'autres la bise. Ce qui donne parfois lieu à des petits awckward moments, mais ça fait toujours rire et on me pardonne mes maladresses ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahah ! Je suis curieuse de savoir quel est le problème avec les cousins de Jean-Philippe ! ;-)
      Sinon, aucun Américain ne m'a, pour l'instant, supplié pour que je lui fasse la bise !

      Supprimer
  11. N'y étant allée qu'en tant que touriste, je n'ai pas eu l'occasion de me faire huger (je crois que ce mot n'existe pas). Mais je m'y étais préparée... "pas la bise pas la bise!" Perso je trouve aussi le hug plus intrusif, mais je trouve ça super !

    RépondreSupprimer

Laissez-nous votre commentaire, on adore les petits mots !
Oui, ils sont modérés... Ils n'apparaissent pas immédiatement, mais seront là très vite !