jeudi 10 octobre 2013

Guide de la route • Passer son permis de conduire américain

Je vous expliquais précédemment que passer son permis de conduire aux USA était différent qu'en France. J'en viens maintenant aux détails techniques de paperasserie, en gros comment ça se passe ? Et tout particulièrement en Californie... La démarche est la même pour un étranger qui possède déjà son permis dans son pays d'origine et qui s'installe ici, ou pour une personne étrangère ou pas, qui veut passer son permis pour la première fois. Let's go!

Obtenir son permis américain en Californie : repasser par la case départ
En Californie, il n'est pas possible d'obtenir une équivalence avec le permis français. Le fait de conduire depuis plus de 8 ans ou même 34 leur est égal. Il faut repasser son code et son examen de conduite.
* Sueurs froides. Et est-ce que, pour pouvoir vivre légalement sur le territoire américain, j'allais aussi devoir repasser mes diplômes, à commencer par le BAC ?
La législation est différente selon les États. Certains ont passé un accord avec la France et il n'y a donc pas besoin de repasser l'intégralité du permis. Il faut juste s'armer de patience avec l'administration. C'est ce qui s'est passé pour Mathilde à Boston dans le Massachusetts. Et ce n'est pas beaucoup plus simple pour les Américains : une copine américaine m'expliquait qu'elle avait vécu dans 4 États différents et qu'à chaque fois, elle avait dû repasser son code.

Le (re)passage du permis de conduire aux États-Unis dans les faits
Department of Motor Vehicles (DMV : the only place to be
C'est là que tout se joue. Quand on se rend sur la page internet du DMV local, on peut trouver des informations pratiques comme les horaires. On nous dit aussi que la carte bleue peut maintenant être utilisée et, que notre bureau est muni du DMVQ. Wouat? En gros, un truc qui permet de ne plus faire la queue debout en ligne pendant des heures, mais d'être assis en attendant son tour en vérifiant une télé pour voir quand son numéro va apparaître. Le fameux système du ticket de boucherie, en fait.
On peut prendre rendez-vous, mais ce sont des gens busy, donc ce n'est pas pour tout de suite, ou se pointer la bouche en cœur. On nous avait prévenu, rendez-vous ou pas, le mieux est d'être équipé d'un bon gros bouquin. Le DMV est réputé pour être la pire des administrations américaines. 
On s'est réveillé très tôt un matin, on a pris nos vélos, puis un bus et à nouveau nos vélos pour Capitola. Ça ouvrait à 8h, on s'était donc dit qu'y être une demi-heure avant serait pas mal. Banco, il n'y avait que 7 personnes devant nous quand on est arrivé. On a garé nos vélos et on s'est mis dans la queue au soleil. Un peu avant 8h, un petit monsieur gentil est sorti avec une charrette pleine de papiers et de stylos. On devait déjà être une bonne trentaine à attendre.

. La paperasserie
Il nous a donné le formulaire 44 à remplir (on peut aussi se le faire envoyer avant). Une fois à l'intérieur un deuxième monsieur a vérifié nos papiers : passeport, visa, I-94 (l'ancien mini-formulaire blanc qu'on remplissait dans l'avion et dont on nous agrafait un petit bout sur notre passeport en passant la frontière en entrant aux US. Ce formulaire est maintenant automatiquement émis lorsqu'on rentre sur le territoire américain avec un visa. Il est téléchargeable ici avec ses infos personnelles), numéro de sécurité sociale (pour les visas H4 qui ne possèdent donc pas de numéro de sécurité sociale, il y a une case particulière sur le formulaire). Et il nous a donné un ticket. Le fameux !
On est allé s'asseoir. Il y avait pas mal de monde qui faisait la queue maintenant et beaucoup de guichets ouverts. Notre numéro a été appelé assez rapidement et on s'est retrouvé au bureau de Ms. La France, une senior tech., neurasthénique. Quand elle a compris qu'on était deux sur le même ticket, elle a demandé à sa collègue de partager. Je suis restée avec Ms. La France qui avait déjà commencé à chercher le numéro de mon passeport sur toutes les pages de celui-ci... Elle a rempli un autre formulaire sur son ordinateur, fait au moins trois photocopies et scans de mon permis français, mon passeport et mon visa, et a pris l'empreinte de mon pouce droit. J'ai payé les 32 $. Elle m'a ensuite fait passer le test de vue obligatoire. Depuis le guichet, on doit lire une ligne de lettres située en hauteur à 3 mètres avec les deux yeux, l’œil droit, puis l’œil gauche. Elle m'a balancé trois lignes à lire, sans prêter attention à mes réponses, elle était très concentrée à reporter des chiffres sur mon reçu. Heureusement, parce que j'avais bien pris ma boîte de lunettes, mais j'avais oublié ces dernières chez moi sur mon bureau...

. Le code de la route
On a ensuite été faire la queue au coin passage de code. On a repris notre empreinte de pouce et on nous a pris en photo. Ensuite, on nous a donné une feuille longue de plus de 40 cm avec 36 questions recto-verso. On nous a indiqué un espace derrière la salle d'attente avec des espèces de petits isoloirs, mais sans rideau.
On avait décidé de le tenter au moins une fois en anglais pour voir si on avait compris quelques petites choses aux plus de 100 pages de code qu'on s'était avalé la veille (en diagonale). Il est possible de le passer dans plusieurs langues. La seule différence est que le nombre de fautes acceptées varie.
Les règles sont simples : on a le droit à 6 fautes (sur 36 questions, je vous laisse faire le calcul du pourcentage d'erreurs autorisées, puis le comparer au taux français, à savoir 5 fautes sur 40 questions), il n'y a qu'une seule réponse possible sur les trois proposées, on peut plancher dessus jusqu'à la fermeture, les portables sont interdits, il est possible de le passer trois fois dans la même journée (au-delà, il faudra revenir et se ré-acquitter de la somme de 32 $). Enfin, dans les faits on peut faire ce qu'on veut, personne ne surveille et c'est bruyant.
On s'en est bien sorti, "Good job!", et on a obtenu un permis temporaire nous autorisant à conduire même sans avoir passer l'examen de conduite.
On est reparti avec nos petits vélos et on s'est rendu compte que bien que nous étions un certain nombre à passer le code ce matin, nous étions les seuls à être venus à bicyclettes...

. L'examen de conduite
Il faut obligatoirement prendre rendez-vous et venir avec une voiture assurée. On n'a pas réussi à prendre rendez-vous par internet, il nous manquait des informations, on a donc appelé. Enfin... Docteur ès Pipettes a appelé et s'est battu avec la machine qui fait office d'employé du DMV. Elle n'est pas encore programmée pour les accents étrangers. Il a fini par réussir à laisser un message et un employé (un vrai) l'a rappelé quelques heures plus tard. 
Le jour J, on va se présenter au guichet des examens de conduite en présentant son permis temporaire et les papiers de la voiture. On fait ensuite la queue dans sa voiture. Lorsque l'examinateur arrive, il fait le tour de la voiture et nous demande de lui montrer quelques trucs du genre les phares, l'anti-buée, la boîte à gants ou encore de tester le klaxon. Et c'est ensuite parti pour un petit tour. Il a une grande feuille avec plein de cases qu'il remplit au fur et à mesure et sur laquelle il laisse quelques commentaires à la fin. Ça a été assez rapide pour nous. Ça nous a aussi permis de nous rendre compte qu'on avait pris des (mauvaises) habitudes de conducteurs. Enfin, rien d'éliminatoire : on s'arrête encore au STOP, on vérifie nos rétros et on évite les piétons lorsqu'ils tentent de traverser. On a ensuite récupéré nos nouveaux permis provisoires.

On a reçu notre ID une semaine après, toute belle, toute neuve. En ouvrant nos enveloppes, on s'est senti un peu plus américain que la seconde d'avant. Même si on peut faire un peu peur (plus que sur nos papiers d'identité français)... Docteur ès Pipettes a une tête de voleur de pommes sud-américain et je ressemble à une mangeuse d'enfants slave. Mais bon... maintenant qu'on a notre ID !

Vous pouvez nous suivre sur la page Facebook du blog, sur Instagram, ou encore Twitter et Google+.


19 commentaires:

  1. Super article !
    Et bien, moi... 7 mois après l'avoir passé... je ne l'ai toujours pas reçu... J'en suis à ma deuxième extension de permis temporaire ... GRRRR !!!
    Mon mari quand à lui l'a reçu au bout de 3 mois après SEULEMENT une extension !!
    A croire qu'on à la poisse :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! :-)
      Je crois qu'on a été chanceux sur ce coup là ! On a pas mal de gens dans notre entourage qui sont dans le même cas que vous, qui attendent toujours de recevoir leur ID après des mois et des mois !

      Supprimer
    2. il y a un pb alors parce que tu aurais du le recevoir rapidement ...

      Supprimer
    3. Oui la première fois il y avait bien un problème ( ils n'avaient pas pris nos DS2019 et les photos n'étaient pas bonnes... reflets de lunettes... !!!) mais qui a été réglé quand nous y sommes allés car le permis temporaire était bientôt expiré...
      ET donc mon mari a reçu son permis la semaine suivante... Moi toujours rien, j'y suis donc retournée la semaine dernière : pas de problème apparent... plus qu'à attendre avec ma 2ème extension !!! (mais bon on vient de trouver un numéro de téléphone on va tenter pour savoir ce qui bloque!) Pas facile tout ça !

      Supprimer
  2. Bon moi je veux bien refaire tout ça aussi mais mon problème c'est la voiture assurée! Vous l'avez trouvé ou vous?? J'ai pas un seul pote à NY qui a une voiture et je ne suis pas censée pouvoir en louer une...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça faisait un moment qu'on se cherchait une voiture d'occasion, qu'on a trouvé une semaine avant notre rdv pour l'examen de conduite !
      Sinon, on en aurait loué une. Normalement, ça passe. Au pire, tu peux demander une lettre du loueur certifiant qu'elle est bien assurée ! Et tu peux le tenter, même si tu n'es plus censée avoir le droit de rouler avec ton permis français. On a fait ça pas mal de fois avant d'avoir notre propre voiture et après avoir dépassé les 3 mois autorisés en Californie. Et les mecs de l'agence de location n'ont jamais regardé les dates qui trainent sur nos pages de passeport ! Parce qu'effectivement, un pote avec une voiture à NY, ça ne doit pas courir les rues !

      Supprimer
    2. Jeanne, tu peux prendre un mini-forfait dans une ecole de conduite. Je peux t'en donner une pas chere dans Harlem ou uptown. La difference avec la Californie, c'est qu'a NYC tu dois aussi te taper un film de 5h (en realite au bout de 3h il te lache) sur la securite, blah, blah. Cela se fait dans une ecole de conduite. Du coup, tu peux prendre un package avec les 5h de video, la voiture avec un moniteur (officiellement tu ne peux pas louer une voiture si tu n'as pas le permis US et es la depuis plus de 3 mois), une mini revision en t'emmenant a l'examen et il te booke la date d'exament de conduite aussi. Enfin moi je l'ai toujours pas mon permis US mais mari l'a ... et j'ai un ID new yorkais quand meme.

      Supprimer
    3. C'est cool ça, s'ils s'occupent de prendre les rdv et des papiers à ta place ! ;-)

      Supprimer
  3. Moi j'avais eu mon permis comme cela à San josé ... et puis, arrivée au Kansas, j'ai juste eu à l'échanger .. mais bouhou, ils m'ont gardé mon beau permis californien et maintenant j'en ai un Kansas ça en jette moins ... mon mari lui a pu garder la carte ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah zut, tu n'as pas pu commencer une belle collection d'ID des différents états américains !
      Au Kansas, tu as juste fait un échange ? Ou est-ce que as dû repasser quelque chose ?

      Supprimer
  4. Mais quelle aventure et quelle patience ! Permis à encadrer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On y a pensé... Mais on a une sale tête dessus et il est assez utile dans notre portefeuille !

      Supprimer
  5. C'est toujours rigolo de voir comment ça se passe dans les autres pays !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement ! :-)
      Merci de ton passage par ici !

      Supprimer
  6. Merci pour la mention ! Eh oui dans le Massachusetts la loi a changé début avril ou mai 2013 ce qui m'a permis de ne pas repasser le permis et de l'échanger (et donc de "perdre" mon permis français dans le dédale de l'administration - chaque problème à la fois) pour enfin être dans la légalité et ranger mon passeport au chaud.
    Respect de tous d'avoir l'ID, et malgré l'accent, les Américains me prennent pour une des leurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette ID est magique ! (les dédales de l'administration moins !)
      Bibis

      Supprimer
  7. Je témoigne aussi: sensiblement la même chose pour une Canadienne ;) Techniquement, je pouvais par contre conduire avec mon permis Québécois sur mon type de visa. Mon mari et moi venons aussi de passer notre permis de moto récemment; drôlement plus facile ici qu'au Québec d'ailleurs. On est réglé côté permis maintenant, ha!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, vous avez fait le plein ! Et du coup, est-ce que tu as quand même repassé ton permis voiture ici ou pas ?

      Supprimer
  8. Le code de la route est plus simple aux Etats-Unis, une chance!

    RépondreSupprimer

Laissez-nous votre commentaire, on adore les petits mots !
Oui, ils sont modérés... Ils n'apparaissent pas immédiatement, mais seront là très vite !