mardi 8 octobre 2013

Guide de la route • Conduire aux États-Unis

Parmi les merdouilles administratives à gérer en arrivant sur place lors d'une expatriation, il y a le permis de conduire.

* Petit précis de vocabulaire : on appellera merdouilles administratives, tous les abonnements, forfaits, prélèvements automatiques et autres bidouilleries qui facilitent la vie au quotidien, dont on a dû se séparer quand on est parti et qu'on doit absolument remettre en place en s'installant ailleurs. On entend par là : bail pour un logement, forfait internet et téléphone, moyen de transport (en commun ou pas), sécu et/ou assurance, abonnements en tous genres du magazine féminin au club de sport en passant par la carte de ciné et le panier bio, etc. La liste n'est bien évidemment pas complète, mais trêve de digressions. 

En Californie, on peut conduire pendant 3 mois avec son permis étranger, le temps du visa touriste basique (le visa, pas le touriste). Après cette période, il faut posséder un permis américain. Enfin, californien pour être précis...

Passer son permis aux États-Unis, comment ça marche ?
Il n'y a pas d'obligation à prendre des cours de code ou de conduite. On révise donc son code de la route et on apprend à se servir d'une voiture comme un grand. Comparé à la France, c'est moins de temps investi dans une auto-école (idem côté financier).
* Et est-ce qu'on conduit mieux qu'en France ? Humpf.

On peut aisément réviser le code à domicile. Sur le site du Department of Motor Vehicles, on a accès au code ou on peut venir le chercher dans leurs locaux. On peut aussi tester ses connaissances avec des simulations d'examen de code. Certaines de ces questions sont d'ailleurs reprises sur des questionnaires officiels.
Le code que nous avons potassé n'a rien à voir avec son cousin français. Il y a très peu d'images ou de mise en situation et surtout, c'est plus qu'un code de la route, c'est un manuel d'apprenti conducteur. On nous explique ce qu'il faut faire, quel comportement adopter dans telle situation, ce qu'il vaut mieux éviter de faire... 

Enfin, la majorité des jeunes apprennent à conduire avec leurs parents. Et si on ne peut pas consommer d'alcool avant 21 ans, on peut conduire dès 16 ans.

Extraits du code de la route californien
. Petite spécialité locale : imiter ses phares de signalisation avec le bras gauche. La luminosité pouvant être très forte, il faut apprendre à signaler que l'on freine ou que l'on tourne à l'aide de son bras gauche (utile aussi pour les cyclistes, of course).
. Il est interdit de téléphoner ou de texter au volant, sauf si le conducteur à plus de 18 ans et un kit mains-libres.
. Au STOP, il faut vraiment marquer l'arrêt. J'en connais un qui en veut toujours à son examinateur de lui avoir refusé son permis américain lors de son premier test pour un STOP trop court.
. Il est conseillé d'éviter de doubler par la droite.
. La ceinture est obligatoire pour tous les passagers. Ce n'est pas le cas dans tous les États.
. Et "Important driving tips [...] Be courteous at all times!!!" Oui, avec 3 points d'exclamation.

Le permis de conduire est THE carte d'identité aux États-Unis
Les rares américains qui n'ont pas leur permis de conduire ont quand même cette ID. Elle regroupe tout plein d'informations essentielles : nom, tous les prénoms, adresse, description physique, photo... L'autre papier faisant office d'ID est le passeport. Avoir cette carte nous permet, à nous étrangers, ne pas avoir à nous balader en permanence avec notre passeport et surtout avec notre visa.
* Pour prouver que l'on a plus de 21 ans, il est rare que l'on n'ait pas à présenter cette carte pour boire un verre...


Dans mon prochain article, je vous raconte comment on a survécu au repassage de code et du permis, et au DMV. À suivre...

Vous pouvez nous suivre sur la page Facebook du blog, sur Instagram, ou encore Twitter et Google+.

 

10 commentaires:

  1. Article très sympa avec une bonne dose d'humour. Effectivement les formalités quelle galère......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! :-)
      Oui, où que ce soit, c'est rarement agréable !

      Supprimer
  2. Il faut vraiment que je m'y mette... parce que jusque maintenant j'etais en toute illégalité... Ce serait tellement plus simple si on pouvait faire un simple echange comme ca se fait dans certains etats...

    RépondreSupprimer
  3. c'est le genre de "détail" auquel je n'avais jamais pensé avant de lire ce billet ^^ comme quoi... j'ai hâte de découvrir la suite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le genre de détails qui nous tombent dessus et dont on se passerait bien ! ;-)
      Merci de ta visite sur le blog !

      Supprimer
  4. Je ne savaisnpas tout cela dis donc :-). C'est bien ces billets où on apprend plus sur les autres pays :-) par contre, je vois pas le rapport entre l'interdiction du téléphone au volant et l'âge ^^ bisous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas bien saisi le rapport non plus entre l'interdiction du téléphone et l'âge, mais c'est écrit comme ça à plusieurs reprises... Comme si ça coulait de source !

      Supprimer
  5. Mais le bras, quand il fait chaud et qu'on a la vitre fermée avec la clim, on fait comment ? J'ai hâte de lire la suite dis donc :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça, c'est le grand soucis du Californien ! Rouler vitres fermées, clim allumée ou profiter de l'air chaud et du vent dans les cheveux... À Santa Cruz, on est plutôt du genre fenêtres grandes ouvertes, en mode décontracté ! Et aussi, parce qu'il fait rarement une chaleur irrespirable en voiture, l'air marin fait bien son boulot !

      Supprimer

Laissez-nous votre commentaire, on adore les petits mots !
Oui, ils sont modérés... Ils n'apparaissent pas immédiatement, mais seront là très vite !